• Nedap France

Le point de vente digital - un moteur de conversion client


Cela peut sembler contradictoire : parler de « magasin digital » alors que nous avons toujours en tête l’image du traditionnel point de vente physique. Et c’est là où commence la prise de tête : les commerçants sont préoccupés par la digitalisation de leur enseigne, mais ne savent pas par où commencer, ni comment obtenir un retour rapide sur investissement ?

Dans cet article, nous allons nous intéresser à la situation actuelle, et proposer une approche « pas à pas » permettant de poser les bases d’une digitalisation personnalisée.

Prochainement nous posterons un article avec des cas concrets, les meilleures pratiques à adopter et des exemples de nouvelles applications.


Etape 1 : Poser les bases

Les points de contacts numériques, tels que les écrans, les bornes interactives ou les miroirs intelligents ont une chose en commun : ils ne peuvent servir à la conversion client que si et seulement si les produits sont disponibles en stock. Alors que cela semble évident, c’est en fait de loin le plus gros challenge des enseignes.

« La disponibilité des produits est la clef ! »

Il est dès lors primordial que les informations sur les stocks soient précises et cohérentes, afin de garantir un niveau élevé de satisfaction de la clientèle.

Dans ce cas précis, la RFID et les normes EPCIS en sont la clef : la RFID permet d’avoir des stocks précis, tandis que l’EPCIS est un protocole standardisé complémentaire, permettant d’échanger des informations sur les évènements RFID.

Etape 2 : Tester, analyser & ajuster

Il est difficile de trouver une solution digitale standardisée pour une enseigne : elle doit en effet s’adapter à la marque et, plus important encore, être en phase avec la demande actuelle et les attentes des consommateurs.

Afin de découvrir comment les clients réagissent à l’offre de nouveaux services, il est nécessaire de définir un espace dans lequel vous pouvez tester ces derniers : mesurer les ressentis, apprendre et en tirer des conséquences.

En commençant à petite échelle et en innovant AVEC les consommateurs, et non POUR les consommateurs, le déploiement ultérieur des services sera beaucoup plus réussi.

Etape 3 : intensifier, mais rester flexible

Lorsqu’une application digitale a fait ses preuves, c’est le bon moment pour déployer les offres de service sur le reste des points de vente.

Attention cependant, la technologie, la demande du consommateur et le marché sont en constante évolution. Il est essentiel de maintenir un haut niveau de flexibilité, en restant ouvert d’esprit et attentif aux évolutions du marché.


Conclusion

Bien que le retail soit en train d’évoluer de façon fondamentale, la partie prédominante de la vente se fait toujours dans les magasins physiques : interagir avec les produits et le personnel reste très important pour la plupart des consommateurs.

Et en même temps, ces derniers attendent d’un magasin physique les mêmes avantages et la même disponibilité des produits que dans une boutique en ligne.

« La digitalisation fournit l’opportunité de surprendre, d’exciter et d’inspirer le consommateur »

Pour répondre à cette demande, de nombreuses enseignes cherchent des moyens de digitaliser leur commerce, pour accroître la satisfaction du client et augmenter le taux de conversion.

Ce qui est surprenant, c’est que la plupart des enseignes ne suivent pas les étapes énoncées ci-dessus. La première étape (pourtant fondamentale) est souvent ignorée, ce qui engendre de sévères conséquences. Décider de lancer une « enseigne digitale » sans s’être au préalable assuré d’avoir des données de stock précises et cohérentes pour tous les canaux de distributions, ne permet pas d’atteindre le taux de conversion attendu.

Découvrez-en plus avec des études de cas très prochainement !


3 vues0 commentaire